“Tu peux me faire un retour sur ce dossier ? C’est urgent !” Ceci est la phrase type qui déclenche une ALERTE ROUGE dans le cerveau de celui à qui on l’a dit. Si vous repartez avec ça du bureau de votre boss ou de votre prof avec ça, vous êtes MORT !

 

Nous avons tous une paire de lunettes pour voir le monde. Une paire de lunettes-à-nous. Une paire de lunettes faite de nos expériences, notre éducation, notre culture, nos valeurs… Autant de composants qui diffèrent d’un individu à un autre et qui fait que chaque paire de lunettes est unique.

Il n’y a pas plus flou que cette phrase que nous avons tous prononcée ou que nous nous sommes tous entendus dire : “Tu peux me faire un retour sur ce dossier ? C’est urgent !”.

 

Mardi – 9H30 : “Tu peux me faire un retour sur ce dossier ? C’est urgent !”

WTF !!!! MAIS QU’EST-CE QUE ÇA VEUT DIRE ????

Pour être honnête, je ne me pose pas vraiment la question. La réponse est TELLEMENT ÉVIDENTE !

Parce que pour moi, “faire un retour” veut dire “faire un point instruit sur la situation, c’est-à-dire apporter des éléments précis sur chaque partie du dossier”.

Parce que pour moi, “c’est urgent” veut dire “à la fin de la journée” (je ne travaille pas dans un service hospitalier et ne suis pas médecin !).

Et au regard du contexte (il s’agit de projet informatique), de la situation (un projet informatique au long cours), de mon métier (Project Management Officer) et des demandes qui me sont faites (de la précision, de la précision, de la précision !), JE SAIS que mon analyse est correcte sur les modalités des informations demandées (quoi et quand). C’est TELLEMENT ÉVIDENT !

 

Mardi – 11H : Mon boss vient de passer devant mon bureau en me faisant un petit signe de la tête. “Je prends un café et j’arrive dans une minute”, lance-t-il en s’éloignant dans le couloir.

…. Heu… en fait, pour être exacte, JE PENSE que mon analyse est correcte sur les modalités des informations demandées (quoi et quand).

 

Mardi – 11H05 : Mon boss est assis en face de moi et me dit : “Vas-y, je t’écoute…”

Heu… c’est-à-dire ?? Tu m’écoutes ??

Et là, je comprends en l’écoutant ce que “Tu peux me faire un retour sur ce dossier ? C’est urgent !” veut dire pour lui.

Je réalise que l’analyse de ses propos est erronée et ma compréhension fausse. Il ne veut pas un point détaillé pour la fin de la journée. Il veut : une vision globale du projet en quelques mots, la liste des points bloquants et l’existence ou non de solutions pour résoudre ces problèmes… et tout ça, maintenant !

Pourtant, j’étais sure de moi ! JE SAVAIS !

Enfin…. JE PENSAIS

En fait, J’IMAGINAIS.

J’imaginais ce que l’autre voulait dire. J’imaginais le sens qu’il donnait à ses mots. J’imaginais que nous avions la même vision des choses.

Et tout ce que j’imagine est DANS MA TÊTE À MOI !

Ce genre de malentendu vous dit quelque chose ? Quand vous êtes persuadé(e) que l’interprétation est ÉVIDENTE ! Quand vous êtes sur(e) que personne ne pourrait comprendre les choses autrement. Quand “C’EST CLAIR POURTANT !”

Et bien, non ! Ce n’est JAMAIS clair. C’est clair pour soi. Dans sa tête à soi. Et dans la tête de l’autre. Qui est une tête différente de la nôtre. Au sens littéral du terme !

Ce genre de malentendu peut être un véritable poison dans les relations humaines. Dans les relations personnelles comme professionnelles.

Imaginons la scène : mon boss attend dans son bureau que je revienne avec “un retour sur le dossier” qu’il m’a demandé il y a une heure. Il attend… Il attend… Il arrive dans mon bureau très contrarié et s’apprête à me recadrer comme il convient dans cette situation.

 

Heu… recadrer par rapport à quoi ?? Quel cadre ??

Oh malheur… Le cadre que mon boss avait dans la tête ? Ou celui que j’avais ? Ou celui que mon boss pensait que j’avais compris ? Ou celui que moi j’avais imaginé ?

Peut-être avez-vous déjà connu cette situation professionnelle ? Ou sa version “vie personnelle “?

Quand 2 personnes communiquent et se mettent d’accord sur du flou… EN PENSANT que tout est clair pour chacun d’eux, ils IMAGINENT cette situation idéale de leur point de vue. Qui n’est pas FORCÉMENT le même que celui de la personne en face !

Quand 2 personnes communiquent et se mettent d’accord sur du flou… EN PENSANT que tout est clair … LES ENNUIS COMMENCENT ! Et le risque de malentendus, de tensions et de conflits est immense ! Entre deux personnes, dans une équipe, avec sa hiérarchie.

 

♦ Alors… Happy Brainy… tu pourrais me dire : “Moi, mon boss me dit toujours des trucs comme ça”. Ce n’est pas parce qu’on ne te donne pas de précisions, d’informations, de données que tu ne peux pas les demander.

 ♦ Alors… Happy Brainy… pose des questions ! Va chercher du contenu pour donner forme à ce flou sur lequel vous vous appuyez pour discuter. Ne repars jamais du bureau de ton boss avec une mission vague ! C’est le meilleur moyen pour que toi et lui soyez frustrés du résultat.

 

Ne construisez pas un dialogue sur le brumeux, le confus, le flou, le fumeux, le nébuleux, le nuageux, l’obscur, le sibyllin, le ténébreux, le trouble ou le vague. Ce vide est la nourriture favorite du stress qui naît alors en vous et qui grandit au fil du temps. Un temps sans réponse, sans limite et sans cadre.

Ce vide est le terreau d’un malentendu qui peut devenir tension et conflit. Un mal-entendu pour un mal-dit…

 

 

Photo : « Flou » – Artiste : Withan

Leave a Reply