« Comment faites-vous pour vous souvenir de mon prénom et de mon nom ? Vous m’avez vue une fois il y a 4 ans… Enfin, vous m’avez croisée seulement et vous vous souvenez de mon nom… Je suis épatée ! »

Moi, j’ai une très mauvaise mémoire des noms… et pourtant je ne souffre ni de prosopagnosie (trouble de la reconnaissance des visages), ni d’anomie (incapacité à nommer des personnes), ni de manque d’intérêt pour mes congénères. J’ai simplement une très mauvaise mémoire des noms alors que je reconnais le visage des personnes qui les portent.

Il est question de mémoire dans cette marque de considération que nous voulons donner en appelant une personne par son prénom et son nom. Une attention respectueuse et bienveillante qu’il est important pour moi de manifester.

Alors j’ai trouvé un moyen de mémoriser le prénom et le nom des personnes que je rencontre.

Je vous livre un outil mnémotechnique que j’utilise et qui fait appel à un des leviers mnésiques les plus puissants : donner un sens aux informations que l’on doit retenir. Le sens le plus personnel, le plus créatif et le plus émotionnel possible.

 

nadia-medjad

Imaginez que vous rencontrez le docteur Nadia Medjad en décembre 2010.

Le docteur Medjad est médecin de formation, passionnée de neurosciences, experte en management du stress et de l’attention à l’ère digitale.  

Comment ancrer son prénom et son nom dans votre mémoire ?

 

 

Nadia-Medjad


Son prénom
: elle porte un sautoir à grosses perles rouges qui me font penser à une danseuse russe.
Russe… NADA… Nadia !

Son nom : le docteur Medjad met l’accent sur le fait qu’aujourd’hui, on connait mieux le fonctionnement du cerveau mais jamais totalement.
Mais jamais… « Mais-Ja »… Medjad

Sa formation : à la place du micro qu’elle tient à la main, j’imagine un stéthoscope.
Stéthoscope… Médecin !

Son domaine d’intervention : ses cheveux frisés et volumineux me font penser à un cerveau.
Cerveau… Neurosciences ! 

Notre date de rencontre : Noël est bientôt là et ses boucles d’oreilles rondes me font penser à des boules de décoration de sapin. Les zéros de la date m’évoquent ces mêmes décorations et le « 1 » représente le sapin.
Noël… 010… décembre 2010 !

 

Vous que j’ai rencontré(e)s ces dernières années, je dois vous avouer deux choses :
– Je vous mets ainsi en scène pour me donner une chance de me souvenir de vos prénom et nom. Je fais toujours un petit dessin pour illustrer cette mise en scène, ne serait-ce qu’un seul élément : un sapin, un nuage, un téléphone.. Ce dessin, même très simple, me sert d’indice pour retrouver l’histoire que j’ai imaginée et ancrer ainsi votre nom dans ma mémoire.
– Je retiens surtout votre prénom. Il est rare que j’arrive à me souvenir des noms de famille. Mais j’y travaille !

Alors… les Happy Brainies , si vous avez « une mauvaise mémoire » des noms et que vous avez envie d’appeler une personne que vous reconnaissez, essayez ce moyen mnémotechnique !

Et si vous avez un truc-à-vous pour vous souvenir des prénoms et des noms, je suis preneuse !

 

Crédit Photo : Harcourt Studio
Dessin : Boîte Crânienne

Join the discussion 4 Comments

  • Lionel dit :

    Très efficace !

  • Ancolie dit :

    Bonjour, Ka
    Je me retrouve dans ce … « k » depuis si longtemps !…
    J’oublie les noms des gens, mais aussi le nom des auteurs, des acteurs…
    J’ai passé des années à lire, apprendre, comprendre… mais j’oublie tout et tant !… tout le temps… C’est épuisant.
    Un jour, il y a bien longtemps, j’ai lu un livre de Françoise Weil-Halpern : « les oubliés des fées ».
    Un ouvrage qui m’a passionnée. L’amie qui me l’avait recommandé avait dû rencontrer cette auteure alors que son bébé, atteint d’une maladie rare, luttait pour survivre. J’ai cherché ensuite à partager mon enthousiasme pour ce livre à de nombreuses reprises. À chaque fois, Google n’existant pas encore, je ne retrouvais pas le nom de l’auteure.
    J’en ai eu assez.
    Ce livre méritait d’être mieux connu.
    J’ai décidé de comprendre cette incapicité à mémoriser un simple nom.
    J’ai réfléchi.
    Pourquoi ce nom : Françoise Weil-Halpern, m’etait-il si difficile à mémoriser ?
    Et j’ai trouvé des pistes :
    Françoise : ma grand-mère, que j’ai très peu connue et appelée Mémé, s’appelait Marie -Françoise.
    Weil-Halpern : j’y entendais vieillard-peine.
    Trop de peine à penser à ma vieille Mémé alors décédée ?
    Qui sait ?
    En tout cas : J’ai pu recommander ce livre à maintes reprises tout au long de ma vie. Je n’ai jamais eu de problème pour en retrouver les références.
    Ce simple exercice auquel je m’etais astreinte a fait que, 25 ans plus tard, je n’ai eu à Googler le titre de l’ouvrage, ce matin, que pour m’assurer de l’orthographe du nom de son auteure… car je l’avais toujours en tête !!!
    Alors oui, ça marche !
    Mais en vous lisant je m’apercois que si j’avais cette « recette » en moi, je n’ai jamais songé à la développer de façon plus ludique, comme avec un dessin.
    J’ai plutôt pensé à ce « moyen » de façon psychanalytique : qu’est-ce-qui peut bien t’empêcher de te souvenir ?
    Je vais reconsidérer ça dès aujourd’hui :))
    Merci, Karine, pour ce blog que je découvre avec plaisir, par hasard, après avoir lu avec passion « bouge ton cerveau » de Wendy Suzuki
    Ce nom d’autrure dont je me souviendrai, c’est sûr ; la petite fée de ma première moto 😉
    Je retrouve ici beaucoup de ce qui m’interesse depuis toujours : passion de transmettre, réflexion sur la mémoire, pédagogie…
    à très bientôt !

    • Ka dit :

      Merci beaucoup, Ancolie, pour votre témoignage et votre éclairage sur le processus mnésique. Et merci de rejoindre les Happy Brainies ! Je suis très heureuse de vous compter parmi les lectrices d ace blog.
      Au plaisir de vous lire à nouveau.
      K.

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.