Mais pas n’importe laquelle ! La tomate italienne : « il pomodoro » ! Je vous propose de découvrir comment une simple tomate peut vous aider à vaincre la procrastination et à avancer dans la rédaction de votre rapport de stage ou dans vos révisions.

De quoi s’agit-il ? Une variété de tomates révolutionnaires ? En fait, il n’y a rien de révolutionnaire ou de novateur dans l’invention d’un certain Francesco Cirillo, expert en gestion du temps, directeur de produits et spécialiste en organisation.
Dans les années 80, Francesco Cirillo ré-invente la planification des tâches à l’aide d’un minuteur réglé sur des créneaux de 25 minutes, minuteur en forme de tomate qui donnera son nom à cette technique de gestion du temps : la technique Pomodoro. Le génie de Cirillo réside dans la description précise de la manière de planifier une tâche et d’utiliser un minuteur pour réaliser cette tâche. Si vous me connaissez un peu ou si vous avez lu mon parcours, vous reconnaitrez là ma « project management touch » !

A VOUS DE TESTER LA RECETTE POMODORO !

Il vous faut :
– UN OBJECTIF : écrire un rapport de stage ou réviser une année complète de cours de français pour le bac
UN MINUTEUR : un vrai en forme de tomate ou un virtuel sur votre Iphone

Francesco Cirillo propose 4 étapes à suivre. J’en ajoute une préliminaire.

Voici les 5 étapes qui vont vous permettre de venir à bout de ce fameux rapport de stage que vous devez écrire depuis des semaines ou de la révision d’une année complète d’un cours.

1- DÉCOUPEZ VOTRE OBJECTIF FINAL EN MINI-MISSIONS 
On ne mange pas une tarte d’une seule bouchée : on la mange parts après parts, bouchées après bouchées. Cette idée peut couler de source et vous sembler d’une terrible évidence. Et pourtant ! Il est bon de se rappeler de ce principe. Il est très différent de prévoir du temps pour réviser un seul texte ou pour écrire le plan de l’introduction du rapport de stage ET de prévoir du temps pour écrire la totalité du rapport de stage ou réviser une année complète de cours de français pour le bac. Dans un cas, la bouchée est facile à avaler : je prévois une demi-heure pour réviser un texte ou écrire mon plan. Dans l’autre, la tarte me reste en travers de la gorge : je dois prévoir une semaine de vacances ou de RTT pour réviser une année entière de cours de français ou écrire mon rapport de stage.

Donc, concrètement : découpez votre objectif final (la tarte) en mini-missions (de petites bouchées). J’aime le terme de « mini-missions » emprunté à Jean-Philippe Lachaux, chercheur au Centre en Neurosciences de Lyon et spécialiste de l’attention. C’est plus digeste, non ??

Une question qui m’est souvent posée : « Comment « calibrer » une mini-mission ? J’ai peur qu’elle soit trop vaste ou trop petite. » Ma réponse : pensez 25 minutes, pensez petit, pensez même « tout petit ». Et… vous verrez bien ! En expérimentant, vous vous rendrez compte que votre objectif était trop ambitieux (réaliser la mini-mission vous prendrait plus de 25 minutes) ou trop petit (au bout de 10 minutes, vous aviez déjà fini !). Faites-vous confiance : vous allez ajuster la définition de vos mini-objectifs.

2- RÉGLEZ LE MINUTEUR ou « POMODORO » SUR 25 MINUTES
Et c’est parti pour 25 minutes de concentration TO-TA-LE ! Rappel des épisodes précédents : 25 minutes sans notifications Facebook, alertes mails, appels téléphoniques… 25 minutes au cours desquelles on organise la résistance et on se concentre TO-TA-LE-MENT sur son mini-objectif. 25 minutes au cours desquelles on sera mono-tâche : on oeuvre pour venir à bout de sa mini-mission.

Je vous l’avais dit ! Il est impensable, voire anxiogène, d’imaginer d’être coupé du monde en éteignant tablette et téléphone et en ne laissant qu’une seule fenêtre active sur mon ordinateur (celle sur laquelle on rédige notre rapport par exemple). C’est même terrifiant !!!!!! En revanche, c’est pensable, possible et réalisable quand c’est pour 25 petites minutes seulement. Vous respirez déjà mieux en lisant ces 2 petits chiffres : 2-5 minutes…. Huuuuuummmmmm…

Pour moi, 25 minutes : c’est un créneau parfait. Pour d’autres, c’est trop court. Lors de l’atelier « Je booste ma concentration malgré les interruptions » au forum ELLE Active, une jeune femme a fait part de son expérience : pour elle, la juste « tomate » est 50 minutes. Pourquoi pas ?! Expérimentez cette technique en réglant le minuteur sur 25 minutes, testez la pendant une semaine puis ajustez les créneaux de travail. Un conseil : ne réduisez pas le temps de travail et faites vous confiance pour inventer votre propre technique Pomodoro !

3- TRAVAILLEZ SUR VOTRE MINI-MISSION JUSQU’À CE QUE LE MINUTEUR VOUS ARRÊTE ET NOTEZ CETTE MINI-MISSION COMME RÉALISÉE
Pendant 25 minutes, votre cerveau est concentré sur cette mini-mission. Vous vous donnez les moyens de consacrer toutes vos capacités cognitives au service de votre mini-objectif. Pour ceux et celles dont « Procrastine » est leur meilleure copine, cette focalisation sur « ce que je décide de faire » (réviser un texte ou rédiger un plan) est beaucoup plus efficace que de se concentrer sur « ce que je ne dois pas faire » (Facebook, Snapchat, Candy Crush, surfer sur le net…). Vous concentrer sur un aspect positif (une mini-mission à faire) est plus puissant et productif que de penser à une tâche à éviter (une sirène attentionnelle).

Vous pourriez me dire : « On a parlé de procrastination et on a vu qu’un des leviers qui nous poussent à procrastiner est l’aspect anxiogène de la tâche à réaliser« . Et vous auriez raison ! La tâche devient un facteur de stress qui provoque une sensation physique désagréable. Ou plutôt la seule pensée de cette tâche engendre le mal-être psychologique et physiologique afférent au stress. Donc…. notre cerveau a alors tendance à vouloir « évacuer » cette source de stress et l’inconfort ressenti en se concentrant sur une activité plaisante et agréable : surfer sur le net, faire une petite partie, trier sa boîte mails, consulter son mur Facebook…. cette autre activité va immédiatement faire « taire » le ressenti désagréable et nous nourrir de sensations de plaisir et de satisfaction.

Entre nous… réviser une année entière de cours ou rédiger un rapport de stage peut être une source d’angoisse et peut nous pousser à remettre à plus tard. Et je serais la première à me réfugier dans une petite partie de Candy Crush ! Si vous pensez maintenant à « un seul texte de français » ou à « le plan de l’intro »…. Vous le sentez ? Moi, en tous cas, je respire mieux ! C’est une bouchée plus facile à croquer !

Autre avantage : marquer cette mini-mission comme « DONE » à la fin des 25 minutes. Pourquoi ? Parce que je suis FIÈRE d’avoir mené cette mission à terme ! JE SUIS FIÈRE DE MOI !!!

4- PRENEZ UNE PAUSE DE 5 MINUTES
Vous l’avez méritée !!! Vous avez atteint votre mini-objectif ! A vous de faire ce qui vous réjouit, vous ressource ou vous apaise. Une manière de célébrer votre mini-succès et…. c’est reparti pour un pomodoro !

5- ENCHAINEZ 4 POMODORI (4 X 25 MINUTES) ET PROFITEZ D’UNE PAUSE PLUS LONGUE (15 À 20 MINUTES)
Vous venez de travailler 2 heures sans vous en apercevoir.… Si, si ! Et vous avez déjà révisé 4 textes, soit un auteur complet ! Et vous avez déjà rédigé l’introduction de votre rapport de stage ! Well done, les brainies !!!!

 

J’ai testé cette technique et je l’ai adoptée : je définis aujourd’hui de petits objectifs concrets, précis et réalisables. Et je travaille sur ces mini-missions pendant 25 minutes seulement. Cette tomate est magique : elle n’a l’air de rien mais elle est extrêmement efficace ! Ce n’est pas moi qui le dis, c’est mon cerveau ! (et mon programme actuel de révisions qui avance sacrément !)

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.