Si je vous dis : « Ne pensez pas à un éléphant rose… Non, non, ne pensez pas à un éléphant rose  ! Ne pensez surtout pas à un éléphant rose ! » A quoi pensez-vous ???

Vous avez du mal à vous mettre au travail. Souvenez-vous de ce que nous avons dit à propos de la procrastination :  nous repoussons cette fameuse tâche, celle que nous n’aimons pas faire (la rédaction d’un rapport) ou qui a un enjeu important (préparer la soutenance du rapport de stage).  Cette tâche devient un facteur de stress qui provoque une sensation physique désagréable. Ou plutôt la seule pensée de cette tâche engendre le mal-être psychologique et physiologique afférent au stress. Notre cerveau a alors tendance à vouloir « évacuer » cette source de stress et l’inconfort ressenti en se concentrant sur une activité plaisante et agréable : surfer sur le net, faire une petite partie de Candy Crush, trier sa boîte mails, consulter son mur Facebook…. cette autre activité va immédiatement faire « taire » le ressenti désagréable et nous nourrir de sensations de plaisir et de satisfaction.

Donc… Si je vous dis : « Ne pensez pas à Facebook, Snapchat, YouTube, vos mails, vos sms… pendant 25 min. N’y pensez pas ! Juste pendant 25 minutes, oubliez Facebook, Snapchat, YouTube, vos mails et vos sms » A quoi pensez-vous ?

Non seulement, vous ne pensez qu’à ça ! Mais en plus, vous culpabilisez de ne penser qu’à ça !

Connaissez-vous le test du chamallow ? Il s’agit de demander à des enfants de résister à la tentation de manger un chamallow pendant 15 minutes, s’ils veulent en avoir un deuxième et pouvoir manger les deux. Ils peuvent aussi faire le choix de manger celui qui se trouve devant eux pendant le temps du test : dans ce cas, ils n’en auront pas un deuxième. Je ne vais pas vous parler de l’aspect prédictif de ce test : quelles facultés développent les enfants qui ont su résister à la tentation de manger le chamallow posé devant eux, pendant 15 minutes, dans une salle vide. Je vais plutôt vous révéler quelle stratégie ils ont mise en place pour vaincre cette tentation !

Quelle stratégie adoptent les enfants qui résistent à la tentation de ce chamallow ? La plupart détournent leur attention du chamallow en se concentrant sur AUTRE CHOSE QUE L’OBJET DE LEUR TENTATION : ils chantonnent, ils pensent à leur récompense future, ils jouent avec leurs mains….

Pour ne pas penser à une éléphant rose, il faut penser à un chapeau bleu. Pour ne pas penser à Facebook, Snapchat, YouTube, ses mails et ses sms, il faut fixer son attention sur l’objectif que l’on veut atteindre

(un cours de philo à réviser ou un rapport de stage à finir).

Cette stratégie permet de lutter contre cette fâcheuse tendance que nous avons à repousser au lendemain ou à plus tard ce que nous avons à faire. Et là… vous vous dites : « Génial, ce conseil ! Pour arrêter de procrastiner, il faut se concentrer sur ce que je dois faire… Wahooo…. Quelle découverte !!!! »

Attention ! Le secret de cette stratégie anti-procrastination réside dans « un coup à deux bandes » :
1- Je ME CONCENTRE sur mon objectif. C’est une stratégie très différente de celle qui consiste à NE PAS se concentrer sur l’objet de sa tentation.
2- Je me concentre sur mon objectif pour UN MOMENT DONNÉ. Nous en avons parlé la semaine dernière : Restez calmes ! C’est temporaire ! 25 minutes par exemple sans Facebook, Snapchat, sms, Instagram…

 

Organiser la résistance contre les tentations numériques requiert de construire et d’appliquer une stratégie. Parce que nous luttons contre les tendances naturelles de votre cerveau :
– celle qui consiste à vouloir « évacuer » une source de stress et l’inconfort ressenti en se concentrant sur une activité plaisante et agréable
– celle qui oriente notre attention vers ce qui est le plus prégnant dans notre environnement : notre cerveau ne veut pas passer à côté de quelque chose d’important.

Ce n’est pas moi qui le dis, c’est mon cerveau !
Un cerveau qui aime les tomates… Je vous raconte dans une semaine cette histoire de 25 minutes à la sauce italienne !

 

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.